vendredi 11 novembre 2011

R.I.P. : Pascal Häusermann, architecte organique

Disparu le 1er novembre, cet architecte suisse à la fois utopiste et visionnaire est surtout connu pour ses "maisons-bulles" et la promotion de l'architecture organique.
Si vous ne connaissez pas son nom, vous ne pouvez pas avoir oublié une de ses réalisations si vous en avez croisé une (la majeure partie est concentrée dans la région Rhône-Alpes).

Pascal Haüsermann étudie d'abord à l’École d’architecture de l’université de Genève avant de spécialiser à Londres dans l'ingénierie. Très jeune, à 21 ans, il construit une 1ere maison en voile de béton (pour son père). Elle est en rupture totale avec l’architecture fonctionnaliste, règne de la ligne droite et des formes géométriques. Il développe par la suite cette technique du voile de béton et rejoint le Groupe International d’Architecture Prospective (GIAP).

Maquette de Douvaine
Il fonde en 1971 l’association"Habitat Évolutif", à Douvaine, avec Jean-Louis Chanéac et Antti Lovag. Le maire de la commune, passionné d’architecture, leur propose en 1972 un terrain pour expérimenter leurs théories urbaines. Malheureusement, le changement de municipalité en 1977 met fin au projet. Un début d'ensemble urbain subsiste avec sa place publique, son école maternelle, sa salle des fêtes...


En parallèle de ce projet de centre urbain, Pascal Haüsermann se focalise sur le concept d'autoconstruction, qui place l'humain au centre du projet architectural. Il développe des "maisons-bulles" grâce à la technique économique et rapide du béton projeté sur une armature métallique ou plastique, et même un hôtel entièrement réalisé en maison-bulles, "l'Eau vive", à Râon-l'Etape, dans les Vosges.

Museumhotel de Râon-l'Etape
A la fin des années 1970, les permis de construire en France étant de plus en plus difficiles à obtenir,
Haüsermann abandonne petit à petit son activité d'architecte. Sur le total des réalisations de Pascal Haüsermann, il ne subsiste qu'une vingtaine de bâtiments (dont certains sont en train d'être restaurés), notamment:
(cliquer pour afficher la carte et les liens)
- maison Unal, à Labeaume
- "La Ruine" de Minzier
- Maison-Bulle de Saint-Chamond
- Museumotel L'Utopie, Râon-l'Etape
- Maison Pasquini, Méry-sur-Cher
- Maison Barreau, Âpremont

Maison "coquillage" -aujourd'hui disparue- à Orléans
Ecole de Douvaine, aujourd'hui
En savoir plus sur Pascal Haüsermann:
- le dossier sur Urbamedia
- le blog Architectures de cartes postales

3 commentaires:

  1. Nostalgic of 70's12 novembre 2011 15:27

    Je risque de faire un peu long (Mais une fois n’est pas coutume …)

    Le travail de ce grand Monsieur de l’architecture m’a toujours bluffé. Ses réalisations étaient à mon gout et à mon sens plus géniales les unes que les autres.

    La bêtise de certaine administration de ne pas laisser les artistes (Par ce que je pense que Pascal Häusermann en était un !), s’exprimer librement font que nous voyons le résultat aujourd’hui.

    Je m’explique ...
    Il est bien évidement indéniable que l’impact de l’homme sur la nature à des répercutions, il suffit de voir l’évolution du climat depuis un certain temps. La nature semble vouloir reprendre ses droits (Et dans le fond, elle n’a pas tords), ce qui induit malheureusement des catastrophes naturelles. Rien que depuis un mois en France, c’est du grand délire. Orages de plus en plus violents, vents (Voir tempêtes), mini tornades, inondations et j’en passe :S (Et je ne compte pas ce que la terre à subit depuis une trentaine d’années)

    Je suis vraiment très loin d’être architectes, mais logiquement, il me semble de toute évidence qu’une maison de forme arrondie résistera bien mieux puisque moins de prise (Pas de tuiles, pas d’angles, pas de charpentes à proprement parler).

    Si Pascal Häusermann avait un temps d’avance en termes de design et d’économie avec ses maisons-bulles, il avait également un temps d’avance en termes de protection de l’être humain dans son habitat.

    Merci de lui avoir rendu hommage, et merci à lui pour son œuvre.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu le privilège de passer une nuit dans le Museumotel. Une architecture très humaine et en accord avec la nature. Je suis triste d'apprendre la disparition de ce visionnaire.

    RépondreSupprimer
  3. oui, il était assurément visionnaire en terme d'habitat économique, pratique et rapide. Dommage qu'il n'ait pas pu mener son projet jusqu'au bout...

    RépondreSupprimer